Archives de catégorie : Artistes

Yuko SOI

 

 

Des poèmes du quotidien dessinés avec ardeur à la pointe acérée de crayons de couleurs qui disent la tristesse et aussi la simplicité de la vie. Aucun artifice dans leur expression minutieuse qui ne révèle que la sobriété du cœur et des sentiments humains. Dans un monde de l’art où tout change vite et fort et qui semble dominé par la recherche conceptuelle, les œuvres de Yuko Soi nous font revenir à un questionnement presque naïf sur ce qu’est l’art.

細く細くとがらせた色鉛筆の先端で描かれる細密な描写によって、無作為に選んだ大小様々な紙に切々と刻まれた日常の詩。生きることはこんなにも切なく、そしてまたシンプルなものなのだと作品は教えてくれます。その繊細な筆致と表現には一切の作為も、ねらいもなく、人間的な感情や純一な心の黙示のみによって描かれています。昨今の変動の激しいアートの世界では、コンセプト付きの新しい発想ばかり求める風潮が目立ちますが、我々は彼女の作品の前でアートってなんだっけ、という素直な気持ちに立ち返るのです。

Cyril TRICAUD

autoportraits en peintre

26 janvier – 4 mars 2017

IMG_2286

Tel Narcisse, le peintre a mis longtemps à se saisir du reflet que lui offrait sa toile. Il s’est d’abord subrepticement glissé, spectateur souvent anonyme, acteur modeste, dans les scènes qu’il peignait. Puis, miroir aidant, il est devenu le plus fidèle, le plus disponible de ses modèles, le seul peut être à l’accompagner sa vie durant jusqu’au bout de sa vieillesse, parfois jusqu’aux portes de la mort. Enfin il s’est plus fièrement campé en peintre, face à son chevalet, armé des armes de son état : pinceaux, palette, chiffons…

C’est dans cette tradition « de l’autoportrait en peintre » que s’inscrit Cyril Tricaud, mais à sa manière, teintée d’humour et de douce dérision.

autoportrait en peintre-après lasieste__114x130_2011

 

Dans cette tradition certes, mais en la renouvelant.

Ce qu’il donne à voir, c’est un peu de l’univers pictural qu’il a acquis en fréquentant les maîtres classiques, en arpentant inlassablement le Louvre. Il y puise ses références qui affleurent dans toute son œuvre en la nourrissant. Ce n’est pas pour autant un art savant de citations subtilement introduites. Le Christ entrant dans Jérusalem sur son âne ou gisant est bien là, présent, simplement reproduit comme l’est, de même, la mort de Sardanapale de Delacroix. L’artiste parfois s’y confronte, jalousant les glacis qui donnent à voir la transparence des chaires pâles de l’esclave qu’on sacrifie, tout en assumant lui-même les fluorescences de sa propre palette. Parfois il en joue, s’installant en rêve à califourchon derrière le Christ et entrant ainsi, quelque peu éberlué, dans on ne sait quelle Jérusalem, ou bien se réveillant de sa sieste à côté d’un Christ gisant attendant, lui, l’improbable résurrection de sa chair de bois. Ou encore il entre dans la toile et, à l’habit de lumière du modèle de Manet, il substitue tee-shirt et jean maculé en provoquant le spectateur d’une muleta qui n’est autre qu’une poupée gonflable…

 

Biographie

Né à Asnières en 1982, Cyril Tricaud a fait le choix de la peinture à laquelle il s’est adonné de façon quasi exclusive aux Beaux-Arts de Paris. Peinture de chevalet, mais aussi fresque, dessins et études d’après modèle, anatomie, paysages, scènes religieuses et allégoriques, portraits et autoportraits.

Cyril Tricaud, diplômé en 2008 de l’École Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris avec félicitations du jury, a reçu plusieurs prix : Mention du jury, prix de dessin David Weill, Académie des beaux-arts en 2014 ; Lauréat du prix Hiscox en 2009 ; Lauréat du prix Diamond en 2007.

IMG_2293

Brann Renaud

Comme on ouvre une vieille malle ou comme un souvenir remonte, comme de l’imprévu vous visite oucomme un conte vous entraîne, Brann peint. Il ne décide pas vraiment ce qu’il peint. Il l’attend, il l’appelle, il le trouve, il en est surpris, il l’écoute, il le suit, se laissant guider par ce qu’il peint, au fur et à mesure qu’il le peint. On pourrait penser le contraire au premier abord, tant on croit pouvoir aisément reconnaître ce que le tableau représente. Mais le tableau, en réalité, ne se laisse pas faire. Il entend être vu comme il a été peint : comme une lettre inconnue qu’on déchiffre, une mémoire oubliée qu’on retrouve, un horizon nouveau qui s’ouvre, un « il était une fois » qui commence…

Il y a toujours, dans le tableau, deux ou trois détails, pareils à des fausses marches, pour faire trébucher le regard trop sûr de lui, pour l’inviter à suivre ce qui se donne à voir au lieu de s’imaginer l’avoir vu. Aucune recherche de l’énigme ou du fantastique, en tout cela, aucune quête d’un quelconque au-delà du réel. C’est bien dans le monde que nous habitons que nous sommes. Mais un monde qui cesse justement d’être représenté, affublé de tout ce qu’on pense savoir de lui, qui est rendu à sa pleine présence, en ce qu’elle a de singulier, à sa propre parole, en ce qu’elle a à nous apprendre.

Et pour lui rendre cette présence, il faut nécessairement que le peintre soit présent à lui-même ; pour lui rendre cette parole, il faut nécessairement que la peinture parle. Si Brann ne décide pas ce qu’il peint, il a bien le souci, en revanche, de le peindre avec force et minutie, avec art. Un art qui ne vise pas à embellir ou travestir les choses, mais à leur répondre, à s’élever à l’unisson de leur singularité et de leur éloquence. Moment d’équilibre toujours à refonder, moment funambule, où le monde et l’artiste, cessant d’être dits, l’un et l’autre et ensemble se disent…

R.R

Biographie de Brann Renaud

Né en 1977

 

2004 – Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris (Ateliers F.Boisrond, J.M.Albérola, P.Andrea) . DNSAP.

2003 – résidence à «La Source» (Association de G.Garouste pour le développement de l’art en milieu rural)

Lauréat «Prix Antoine Marin» 2007 – Arcueil

EXPOSITIONS PERSONNELLES

Septembre 2016 « la ligne conte » Newsquare gallery ( Lille )

Fevrier 2015- « Carambolages ll » galerie quai-est proposée par jean michel marchais ( Ivry/seine )

Janvier 2014 « vrac-ame » galerie Elizabeth Couturier ( Lyon )

Juin 2012 – Galerie « le garage » ( Nantes )

Decembre 2011- brann renaud, galerie Elizabeth Couturier ( Lyon )

Mars 2011 – “Les nuits du chasseur” Trafic Galerie (Paris)

Janvier 2010 – “Sans titre n°1” Trafic Galerie (Paris)

Mai 2009 – “Ceci n’est pas un Pablo” Rien galerie (Aix-en-Provence)

Mai 2007 – Galerie du crous des beaux arts (Paris)

Janvier 2006 – Galerie moderne Silkeborg (Danemark)

EXPOSITIONS COLLECTIVES

Octobre 2015- Centre d’art contemporain « à cent metres du centre du monde » ( Perpignan )

Sept 2015- Galerie Elizabeth Couturier ( Lyon )

Mars 2014 – « Tout va bien 3 » galerie quai-est ( Ivry sur seine )

Mars 2013 – ART PARIS , galerie Da-end ( Paris )

Juin 2012 – Marilyn 50 ans deja Mazel Galerie ( Bruxelles )

Mai 2012 – « carte blanche » Galerie IUFM Confluence(s) ( Lyon )

Février 2011 – Collective Trafic Galerie (Paris)

Octobre 2010 – “Chic Art Fair” Trafic Galerie (Paris)

Octobre 2009 – Slick 2009 Trafic Galerie (Paris)

Juin 2009 – “Liberté j’écris ton nom” Trafic Galerie (Paris)

Octobre 2008 – “Tout va bien 2” Trafic Galerie (Paris)

Juillet 2008 – “Figuration de l’imaginaire” Centre d’art contemporain (Mont de Marsan)

Juin 2008 – “Figuration del imaginario” Galeria Victor Saavedra (Barcelone – Espagne)

Mai 2007 – Pulchri studio (La Haye – Pays-bas)

Nov 2006 – «Parcours d’artistes» artiste invité (Pontault-Combault)

Juin 2006 – Centre d’art contemporain Aponia «Figuration narrative / Histoire de voir»

Avril 2006 – Thanassis Frissiras gallery «L’atelier de Pat Andrea» (Athènes – Grèce)

Mai 2005 – 50ème salon d’art contemporain de la ville de Montrouge

Octobre 2004 – «Jeune création» ville de Pontault-Combault

Mai 2004 – 49ème Salon d’art contemporain de la ville de Montrouge

Nov 2003 – «Novembre à Vitry»

Mai 2003 – «les beaux Arts empruntent le métro» ligne 14, station Madelène

Avril 2003 – «Painting in progress» ( Maison des Arts de Créteil )

Janvier 2003 – «Soldissimes» – Galeries Lafayettes

BIBLIO – PRESSE

CATALOGUES: ENSBA diplômés 2004, Montrouge 2004 et 2005, “l’atelier de Pat Andrea” – Thanassis

Frissiras gallery 2006 – “Brann Renaud” (galerie moderne) 2006 – “Het nieuwe verhaal” (Galeria Victor Saavedra) 2008 – “Les nuits du chasseur” Trafic Galerie 2011

PRESSE : ARTENSION n°100, avril 2010 – EXPORAMA n°9, uin 2008 – AZART n°35 novembre/décembre 2008 et divers articles sur le web