Barbara Goraczko

venise pavement 1

venise pavement 1

 

Il en est du destin des oeuvres comme de celui des artistes qui les portent : leur cours profond peut s’étirer en méandres et se perdre dans la répétition ou, au contraire, connaître des inflexions brusques au gré des voyages, des rencontres de hasard…

Celui de l’oeuvre de Barbara Gorazcko, venue s’établir en France après des études artistiques en Pologne, a été bouleversé par le choc d’un voyage en Inde et l’éblouissement de la rencontre avec Venise.

Du choc de l’Inde de la saison chaude et sèche, où dansent les taches de couleurs dans la poussière que le soleil fait vibrer, il est resté une peinture moins précise, où le trait et la forme se font moins nets, comme fragilisés.

De Venise est resté l’éblouissement du regard qui, se détournant des ors de la nef et s’abaissant vers le barbara-goraczko-venise-1sol, a eu la révélation de l’infinie richesse des mosaïques. Les couleurs de la pierre, le rythme des motifs et des formes se sont organisés en tableaux sans nombre. Mais par-delà l’éblouissement, le travail du temps sur la pierre est devenu une source de réflexion et de libération artistique autorisant toutes les recherches, toutes les techniques, tous les supports, tous les formats et levant toutes les contraintes, toutes les inhibitions et tous les interdits nés d’une longue pratique de la restauration des tableaux.

Ainsi s’ouvrit pour Barbara Goraczko une nouvelle vie artistique dont l’exposition qui a été présentée à la galerie a cherché à donner un modeste aperçu…

venise pavement 2

venise pavement 2

venise pavement 2

venise pavement 2