Archives de l’auteur : Administrateur

Nikola SARIC

« Du spirituel dans la peinture… »

« L’artiste doit travailler sur lui-même, s’approfondir, cultiver son âme, l’enrichir afin que son talent ait quelque chose à recouvrir et ne soit pas comme le gant perdu d’une main inconnue, la vaine et vide apparence d’une main. »

Kandinsky, « Du spirituel dans l’art et dans la peinture en particulier»

Une peinture d’inspiration religieuse, dès qu’accrochée aux cimaises d’un musée, devient uneœuvre d’art et elle est comme telle appréciée et jugée.

Las, hors du musée, point de salut ! Cette transsubstantiation n’opère plus, même dans l’espace d’une galerie, et cette œuvre risque, quels qu’en soient ses mérites, de ne plus rencontrer que le regard indifférent de l’agnostique, celui-ci n’y voyant qu’une image pieuse qu’il abandonne à la seule dévotion du croyant. Ce dernier, à l’inverse, risque de s’offusquer de la présence d’une telle œuvre en un lieu profane, et ce d’autant plus lorsque cette œuvre est, comme c’est le cas dans la religion orthodoxe s’agissant d’une icône, un objet de dévotion, et l’on se souvient encore du scandale que causa Gontcharova en exposant à Moscou ses peintures religieuses…

Nonobstant ces écueils, et en cela résolument fidèle à son parti pris assumé d’éclectisme, la galerie TOKONOMA a choisi de présenter, du 15 novembre au 15 décembre 2018, les œuvres d’un peintre contemporain d’icônes, Nikola SARIC, né à Belgrade en 1985 où il a étudié les beaux-arts puis suivi la formation de l’Académie d’art sacré de l’église orthodoxe serbe, et qui aujourd’hui vit et travaille en Allemagne.

Si, de par sa formation, Nikola SARIC maîtrise les canons formels de l’icône ainsi que les sources bibliques et théologiques dont il s’inspire, son art n’est pas un art figé par la tradition, transcendé qu’il est par les apports de l’art moderne et de l’art contemporain. C’est à cette synthèse de la tradition et de la modernité que son œuvre doit ses qualités esthétiques, et –osons le mot rendu quelque peu obscène par la critique contemporaine– sa beauté. Mais ces qualités formelles, certes à elles seules de nature à retenir l’attention de l’amateur d’art, ne seraient que peu de choses, comme le rappelle Kandinsky dans la citation citée en exergue, si elles n’étaient pas chez Nikola SARIC le mode d’expression d’une spiritualité profonde.

Enzo Certa

Enzo Certa, né en 1989 dans une famille franco-italienne, après des études en histoire de l’art et en restauration de peinture polychrome, a décidé de se consacrer exclusivement à la peinture. Il entre alors aux Beaux-Arts de Caen dont il sera diplômé avec les félicitations du jury ; aujourd’hui, il termine son cursus aux Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de Tim Eitel.

En 1964, en 58 notes dédiées à Oscar Wilde, Susan Sontag tentait de cerner ce qui était – ou n’était pas – « Camp », adjectif que l’Oxford Dictionary se bornait sobrement à définir depuis 1909 comme ce qui est «  d’un style délibérément exagéré et théâtral », autrement dit efféminé en anglais victorien…

Pour Susan Sontag, « Le « Camp » est un certain modèle d’esthétisme (dont) l’idéal n’est pas la beauté mais un certain degré d’artifice, de stylisation (…), fondamentalement ennemi du naturel, porté vers l’exagération». » « L’art « Camp » est un art décoratif qui met plus particulièrement en relief la forme, la surface sensible, le style, au détriment du contenu (…) en un mélange d’outrance, de passion, de fantastique et de naïveté ». «  Le « Camp » (…) c’est un art qui se prend au sérieux, mais qui ne peut être pris tout à fait au sérieux, car il « en fait trop », (…) c’est une victoire du « style » sur le « contenu », de l’esthétique sur la moralité, de l’ironie sur le tragique ». « Le « Camp » est généreux. Son but: la jouissance. »

C’est de cette esthétique « Camp » ainsi comprise dont se revendique expressément le travail d’Enzo Certa. En témoignent les œuvres aujourd’hui présentées par la galerie Tokonoma, colorées, festives, drôles, dans lesquelles apparaissent la virtuosité du peintre et sa fascination pour les étoffes, les grenades, les raisins, l’or et les armures, motifs et références puisés dans la « petite » comme dans la « grande » peinture, la bande dessinée …

« Ma pratique de la peinture, et de la performance, est la même, à ceci prêt que je ne garde aucune trace de la performance, je préfère la raconter. Dans les deux cas, j’essaie de mettre en place un espace qui relève du théâtre. J’explore le corps, l’identité, les plaisirs, la violence, les genres, le tout sous la forme d’une décadence fantasmée.
Les objets sont des métaphores, des vecteurs ou des symboles mis en place dans un festin sordide. Je cherche une narration, mais, plus que narrer j’essaie d’évoquer. J’explore cet espace sensible de ce que peut dire une peinture, de ce qu’elle peut raconter, du mystère qu’elle peut offrir.
Je créé une narration sensitive, comme une oeuvre dont nous aurions perdu le mythe de référence, mais qui pourtant nous laisserait, comme par malice, assez d’éléments pour être intelligible, de matière pour être consommée, de lignes pour être suivie. Pour cela je revisite la peinture d’histoire et les codes de sa narration.
L’humour est très important dans mon travail. Souvent il vient alléger et m’alléger de sujets qui me paraissent violents, sérieux et engagés. La haute couture est aussi très présente dans mon travail, elle y est un outil et un questionnement, je l’interroge et je m’en sers pour costumer mes acteurs et mes modèles. Elle est aussi un moyen de travailler sur la séduction des matières, la séduction de la peinture. 
Mon travail a été grandement nourri par des auteurs comme René Girard, Paul B. Preciado, ou encore le travail de Susan Sontag sur le style Camp. « 

                                                                                                                                                      Enzo Certa

 

Lucas WEINACHTER

Lucas Weinachter, né en 1959, vit et travaille à Paris où il a étudié à l’Ecole des Beaux-Arts dans l’atelier de Velickovic.
Si le dessin et la peinture sont ses premières amours, c’est une rencontre avec l’artiste Louis Pons au début des années 80 qui déclenche chez lui le désir de développer un travail en volume, des assemblages qu’il enferme dans des boîtes, puis sous des globes de verre dans l’esprit des reliquaires et des cabinets de curiosités… Il reprend un travail pictural à la fin des années 90 qu’il ne commencera à exposer qu’à partir de 2004.
Un des arcanes majeurs du tarot de Marseille, « la Maison Dieu », représente une tour qui, foudroyée, choit ; tantôt positif tantôt négatif, il est interprété comme le présage d’un changement profond, d’un bouleversement, d’une destruction ou au contraire d’une transformation bénéfique à venir. Dans la présente exposition « Serious Games », ce bouleversement est déjà advenu.
Si la qualité du trait et la virtuosité dont Lucas Weinachter a déjà fait la preuve demeurent et s’affirment, le travail aujourd’hui montré rompt avec les thèmes précédemment explorés par l’artiste. En effet, dans la présente exposition, la figure humaine a fait place à des volumes presque abstraits, squelettes de maison ou de bâtiments.
Comme dans « la Maison Dieu », ces maisons tombent dans une chute qu’on imagine sans fin, les usines sont renversées comme des jouets que, dans son caprice, la main d’un enfant aux yeux bandés manipule et culbute. S’il reste des paysages aux couleurs sourdes, seuls y surgissent des bâtiments isolés dont la cheminée disproportionnée se dresse vers le ciel comme un doigt et dont la fonction improbable a été depuis longtemps oubliée par les hommes qui les ont abandonnés. D’ailleurs, vu de plus près, ces bâtiments massifs, aux fenêtres étroites comme des meurtrières, ressemblent à des prisons que l’on a fuies. Fuies vers où, pour échapper à quelle catastrophe ou aller vers quelle promesse, on ne sait…
Ces usines en déshérence, ces maisons qui tombent, ces paysages bouleversés, ce sont bien sûr ceux de la Lorraine où Lucas Weinachter a grandi, mais ce sont aussi les signes des profondes transformations qui affectent nos vies. Si, plutôt qu’un « monde flottant » c’est un monde qui s’écroule qui nous est ici donné à voir, c’est bien de l’impermanence de toutes choses qu’il s’agit.
Mais l’arcane de « la Maison Dieu » laisse aussi augurer que de ce monde en mouvement naîtra un changement bénéfique, une géographie nouvelle.

                   

Jean-Pierre DAUSSET

Jean-Pierre DAUSSET « Of mice and painters », peinture à la souris…

Jean-Pierre DAUSSET est né en 1948 à Quimerc’h ( Finistère ); il est diplômé des Beaux-Arts de Quimper en 1965, puis de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs à Paris ,

Après des années de peinture traditionnelle, Jean-Pierre Dausset, toujours en recherche, a découvert la tablette graphique en 2008. Cette rencontre s’est imposée à lui comme une évidence. Il a su transposer l’acquis « peinture » au numérique par le même processus :
sous-couche, couche, effacement, transparence…..avec des possibilités incomparables :réglages chromatiques, choix

 

 

des surfaces et des formats.

« Mon travail repose sur des séries de dessins d’après des captures d’écran,des photographies de presse ; les choix sont arbitraires dictés par le ressenti pour produire une image qui travaille. La peinture vient avec un effet de retard indispensable, elle est vue après-coup, pour rectifier voire forcer le trait. Cela devient un lieu de conjonctures, de paris, de hasards, de déconstructions, d’hypothèses qui doivent continuellement être reposées.Les connexions historiques-numériques m’intéressent pour fourailler dans la tradition de la peinture et dans les arcanes des logiciels.»

C’est Ainsi qu’une femme de couleur bleue s’invite chez Pisanello et que des Mangas rencontrent Pieter Brueghel. Des rapprochements qui offrent des possibilités picturales singulières tout en s’agrégeant l’histoire de l’Art sans toile, ni peinture mais avec des pinceaux chargés de pixels.

 

 

Nicolas NICOLINI

Nicolas Nicolini, après un séjour à New York  et six années passées entre Berlin et Bruxelles, est aujourd’hui revenu vivre et travailler à Marseille, ville où il est né et où il a fait ses études (il est diplômé de l’École supérieure d’art et de design de Marseille-Méditerranée).

 C’est ce retour qu’il fête dans la première série de tableaux présentée aujourd’hui, mais ce n’est ni un retour en arrière dans sa pratique artistique, ni l’installation dans le confort d’un univers familier retrouvé où il s’endormirait… Et si dans cette première série de productions récentes il peint des calanques emblématiques (En-Vau, Port-Miou, Niolon), c’est sans céder à la tentation de faire couleur locale, sans couleur même, puisque foin de bleu, d’or et de lumière, c’est dans un camaïeu de gris qu’il les représente. De même, si le cadrage pourrait être celui d’une carte postale, c’est bien de peinture qu’il s’agit comme le rappellent, si besoin en était, les applications de bandes de papier qui reprennent la forme du châssis sous-jacent et évoquent ainsi une fenêtre et sa croisée au-delà desquelles apparaît le paysage. Mais c’est un paysage brouillé qu’un grillage dessiné au fusain rend inaccessible au spectateur, comme une nature dégradée dont l’approche même lui serait obstinément refusée.

La deuxième série est le prolongement de la série « Hors-piste »précédemment entamée. Dans un vocabulaire formel très scénique, elle illustre avec humour l’activité de l’artiste au travail, quelques moments vécus de son activité créatrice. Ainsi « Ma cour de récréation » parle de l’espace qu’il conquiert pour en faire son terrain de jeu à l’abri de toutes les sollicitations du quotidien ; « Sans titre » évoque l’excitation -non exempte d’inquiétude- lorsque émerge la forme de la surface de la toile ; « Tout a droit à une seconde chance dans l’atelier » témoigne à la fois de la précarité des objets mais aussi de leur force et de leur capacité à s’imposer à nous et à retrouver une nouvelle vie, un second souffle, dans le mystère de l’atelier ; « Refaire le monde » est une représentation du souvenir laissé par ces soirées interminables passées dans l’atelier à refaire le monde lorsque l’artiste, un moment, imagine avoir ce pouvoir et cette mission….

Dans la troisième série (« Tentatives de tracer droit 1, 2, 3 et 4 ») Nicolas Nicolini, par des dessins au fusain, s’essaye à trouver « la voie droite » qui, parfois, symbolise la réussite même s’il sait, comme le dit De Kooning, que « la géométrie (est) contraire à l’art, il n’y a pas de ligne droite en peinture ». Comme un échec programmé.

Xevi Solà Serra

Xevi Solà Serra, né en 1969, a étudié les Beaux-Arts à l’Université de Barcelone ; son travail est exposé pour la première fois à Paris après avoir été présenté dans des galeries et foires de nombreux pays (Espagne, Allemagne, Pays-Bas, Norvège, Danemark, Pérou, Brésil, Taïwan…).

Pour cette première exposition de Xevi Solà Serra à Paris, la galerie Tokonoma a choisi des œuvres témoignant de son évolution au cours de ces sept dernières années.

Au-delà de la diversité des thèmes abordés durant cette période, ces œuvres ont en commun une force visuelle qu’elles tiennent de l’utilisation des couleurs complémentaires, des contrastes entre les lignes horizontales et verticales, entre les zones les plus travaillées et celles traitées de manière plus relâchée… Revendiquant sa proximité avec le Pop Art, Xevi Solà Serra multiplie les citations d’icônes de l’art moderne (Van Gogh, Matisse, Yayoi Kusama…) ou de personnages de bandes dessinées, identifiables par tous, rejetant ainsi tout élitisme. Ces moyens picturaux, aussi divers soient-ils, tendent tous à explorer la partie la plus sombre de la conscience, pré-humaine, animale et amorale, et transmettent un message subtilement dérangeant.

La figure féminine est centrale. Souvent représentée nue au milieu de figures masculines vêtues, sombres et inquiétantes, il ne s’en dégage pour autant aucune sensualité. Ici la femme, mince et éthérée, sourit mélancoliquement et étrangement, indifférente à la menace sourde du monde, d’un sourire incompréhensible semblable à celui des visages des martyrs dans l’iconographie médiévale.

« wife », huile sur toile, 97x146cm

Deux autres éléments sont également récurrents dans les tableaux de Xevi Solà Serra : les maisons néo victoriennes des banlieues américaines et les animaux. Les maisons, personnages à part entière comme celles de « la chute de la maison Usher » ou de « Psycho », témoins silencieux, font peser de leurs larges fenêtres en surplomb de la scène, derrière lesquelles on ne sait qui peut se cacher, une sourde menace. Les animaux eux (canard, éléphant, requin, poisson, cheval, etc.), dont la présence initialement ne se justifiait que par des raisons formelles, sont aujourd’hui largement utilisés comme des métaphores sexuelles permettant à l’artiste d’éviter la censure de plus en plus lourde et prégnante des réseaux sociaux dont il a fait un outil de communication et de diffusion majeur.

Dans les œuvres issues des séries « jungles » et « motels », apparaissent, protégés par l’élégance tapageuse de leurs costumes ou l’anonymat des chambres de motels, des « dandys » ou des personnages troubles, perdus dans leurs jungles intérieures, hors de portée du monde trivial et des gens du commun.

Enfin, tout récemment, toujours en se servant de sa palette de couleurs primaires lumineuses et saturées, Xevi Solà Serra a commencé d’explorer le thème du paysage.

Chloé POIZAT

Le travail de Chloé POIZAT est le fruit d’une libre réflexion sur les conséquences de notre entrée dans l’ère de l’anthropocène et sur les risques de la sixième extinction de masse (extinction végétale, animale et humaine) qui pourraient en résulter.

Mais ce n’est pas un travail militant.

En effet, ce que nous donne à voir Chloé POIZAT, nourrie de littérature, de cinéma (de genre…), de photographie et s’inspirant, parmi d’autres, des pratiques créatrices spontanées, de l’écriture et du dessin automatique, des pratiques spirites, des arts populaires, du vaudou et des danses rituelles, c’est, un monde certes étrange, modifié et dévasté, mais transfiguré par l’imaginaire d’une vision fantaisiste.

Utilisant divers medium (peinture, collage, dessin, volume, son…) qui, assemblés, forment comme un langage primitif fictionnel, Chloé POIZAT nous dépeint une nature joyeusement apocalyptique qui ne serait plus que vestiges, totems, miettes, dans laquelle il ne subsisterait des humains que quelques traces et fragments et où n’erreraient que de rares animaux, corbeaux, chouettes chiens ou loups.

Il s’en dégage un sentiment d’inquiétante étrangeté, vaguement effrayante, mais largement teintée d’humour.

Cette disparition des êtres, des choses et des lieux, cette attention aux choses imperceptibles, l’idée de passage d’un état à un autre, de ce qui persiste ou non, l’illusion et la métamorphose, sont ainsi les thèmes fondateurs du travail de Chloé POIZAT.

Fabien Granet

Fabien GRANET

Comme un gris qui traîne sur la mer affaissée…

Poursuivant ses recherches précédentes, Fabien Granet présente ses dessins récents dans lesquels des fragments de paysages, tout en restant accrochés au quadrillage premier, émergent du blanc de la page, parfois en lambeaux, parfois en points de vue multipliés, faisant penser à un univers dont la création ne serait pas exempte d’hésitations, d’essais, de repentirs.

 

 

 

Dans certains dessins, ces fragments de paysages s’articulent avec d’étranges constructions architecturales, des volumes géométriques… comme si l’oeil de l’artiste, par delà le sensible, avait dégagé des bords de mer, des rochers, des plages ainsi « mis en paysage » l’essence de ces lieux, rappelant que le dessin est aussi « chose mentale ».

Brann Renaud

Comme on ouvre une vieille malle ou comme un souvenir remonte, comme de l’imprévu vous visite oucomme un conte vous entraîne, Brann peint. Il ne décide pas vraiment ce qu’il peint. Il l’attend, il l’appelle, il le trouve, il en est surpris, il l’écoute, il le suit, se laissant guider par ce qu’il peint, au fur et à mesure qu’il le peint. On pourrait penser le contraire au premier abord, tant on croit pouvoir aisément reconnaître ce que le tableau représente. Mais le tableau, en réalité, ne se laisse pas faire. Il entend être vu comme il a été peint : comme une lettre inconnue qu’on déchiffre, une mémoire oubliée qu’on retrouve, un horizon nouveau qui s’ouvre, un « il était une fois » qui commence…

Il y a toujours, dans le tableau, deux ou trois détails, pareils à des fausses marches, pour faire trébucher le regard trop sûr de lui, pour l’inviter à suivre ce qui se donne à voir au lieu de s’imaginer l’avoir vu. Aucune recherche de l’énigme ou du fantastique, en tout cela, aucune quête d’un quelconque au-delà du réel. C’est bien dans le monde que nous habitons que nous sommes. Mais un monde qui cesse justement d’être représenté, affublé de tout ce qu’on pense savoir de lui, qui est rendu à sa pleine présence, en ce qu’elle a de singulier, à sa propre parole, en ce qu’elle a à nous apprendre.

Et pour lui rendre cette présence, il faut nécessairement que le peintre soit présent à lui-même ; pour lui rendre cette parole, il faut nécessairement que la peinture parle. Si Brann ne décide pas ce qu’il peint, il a bien le souci, en revanche, de le peindre avec force et minutie, avec art. Un art qui ne vise pas à embellir ou travestir les choses, mais à leur répondre, à s’élever à l’unisson de leur singularité et de leur éloquence. Moment d’équilibre toujours à refonder, moment funambule, où le monde et l’artiste, cessant d’être dits, l’un et l’autre et ensemble se disent…

R.R

Biographie de Brann Renaud

Né en 1977

 

2004 – Diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris (Ateliers F.Boisrond, J.M.Albérola, P.Andrea) . DNSAP.

2003 – résidence à «La Source» (Association de G.Garouste pour le développement de l’art en milieu rural)

Lauréat «Prix Antoine Marin» 2007 – Arcueil

EXPOSITIONS PERSONNELLES

Septembre 2016 « la ligne conte » Newsquare gallery ( Lille )

Fevrier 2015- « Carambolages ll » galerie quai-est proposée par jean michel marchais ( Ivry/seine )

Janvier 2014 « vrac-ame » galerie Elizabeth Couturier ( Lyon )

Juin 2012 – Galerie « le garage » ( Nantes )

Decembre 2011- brann renaud, galerie Elizabeth Couturier ( Lyon )

Mars 2011 – “Les nuits du chasseur” Trafic Galerie (Paris)

Janvier 2010 – “Sans titre n°1” Trafic Galerie (Paris)

Mai 2009 – “Ceci n’est pas un Pablo” Rien galerie (Aix-en-Provence)

Mai 2007 – Galerie du crous des beaux arts (Paris)

Janvier 2006 – Galerie moderne Silkeborg (Danemark)

EXPOSITIONS COLLECTIVES

Octobre 2015- Centre d’art contemporain « à cent metres du centre du monde » ( Perpignan )

Sept 2015- Galerie Elizabeth Couturier ( Lyon )

Mars 2014 – « Tout va bien 3 » galerie quai-est ( Ivry sur seine )

Mars 2013 – ART PARIS , galerie Da-end ( Paris )

Juin 2012 – Marilyn 50 ans deja Mazel Galerie ( Bruxelles )

Mai 2012 – « carte blanche » Galerie IUFM Confluence(s) ( Lyon )

Février 2011 – Collective Trafic Galerie (Paris)

Octobre 2010 – “Chic Art Fair” Trafic Galerie (Paris)

Octobre 2009 – Slick 2009 Trafic Galerie (Paris)

Juin 2009 – “Liberté j’écris ton nom” Trafic Galerie (Paris)

Octobre 2008 – “Tout va bien 2” Trafic Galerie (Paris)

Juillet 2008 – “Figuration de l’imaginaire” Centre d’art contemporain (Mont de Marsan)

Juin 2008 – “Figuration del imaginario” Galeria Victor Saavedra (Barcelone – Espagne)

Mai 2007 – Pulchri studio (La Haye – Pays-bas)

Nov 2006 – «Parcours d’artistes» artiste invité (Pontault-Combault)

Juin 2006 – Centre d’art contemporain Aponia «Figuration narrative / Histoire de voir»

Avril 2006 – Thanassis Frissiras gallery «L’atelier de Pat Andrea» (Athènes – Grèce)

Mai 2005 – 50ème salon d’art contemporain de la ville de Montrouge

Octobre 2004 – «Jeune création» ville de Pontault-Combault

Mai 2004 – 49ème Salon d’art contemporain de la ville de Montrouge

Nov 2003 – «Novembre à Vitry»

Mai 2003 – «les beaux Arts empruntent le métro» ligne 14, station Madelène

Avril 2003 – «Painting in progress» ( Maison des Arts de Créteil )

Janvier 2003 – «Soldissimes» – Galeries Lafayettes

BIBLIO – PRESSE

CATALOGUES: ENSBA diplômés 2004, Montrouge 2004 et 2005, “l’atelier de Pat Andrea” – Thanassis

Frissiras gallery 2006 – “Brann Renaud” (galerie moderne) 2006 – “Het nieuwe verhaal” (Galeria Victor Saavedra) 2008 – “Les nuits du chasseur” Trafic Galerie 2011

PRESSE : ARTENSION n°100, avril 2010 – EXPORAMA n°9, uin 2008 – AZART n°35 novembre/décembre 2008 et divers articles sur le web

Yves HELBERT

D‘une recherche de quelques mots pris au hasard et lancés dans ce puits sans fond qu’est Internet surgit une infinité d’images inattendues, d’une boîte oubliée dans un grenier s’échappent de vieilles photos de visages sur lesquels on ne sait plus mettre de nom depuis longtemps, de vieilles revues feuilletées négligemment montrent des objets dont on ne connaît plus l’utilité ou des inventions délirantes restées sans suite…: ce sont de toutes ces images, ces photos qu’Yves Helbert s’inspire pour ses dessins.

Pendant que l’esprit choisit, organise et assemble, que la main dessine d’un trait sûr et minutieux, le titre naît, subrepticement.

Citons en quelques-uns, inscrits dans le dessin même et pris au hasard : « la rhétorique de l’image », « le déficit commercial », « le jour de gloire », « le sacrifice de la rose », « la preuve par l’image », « la chambre d’amis », « la reproduction des élites », « l’heure de gloire », « les coulisses du pouvoir », « la descente de croix », « le partage des compétences », « l’opération programmée »… Ces titres ne commentent pas les images, les images ne viennent pas illustrer les titres. De fait, titres et dessins sont indissociables et leur juxtaposition crée un trouble analogue à celui ainsi décrit par Roland Barthes dans l’Empire des signes : « une sorte de vacillement visuel, analogue peut-être à cette perte de sens que le Zen appelle un satori ». Si, au premier regard, leur association paraît arbitraire – arbitraire dans lequel Breton voyait la force première de l’image surréaliste -, il est toutefois possible de dégager certains thèmes qui sous-tendent le travail d’Yves Helbert, au-delà de l’humour, toujours présent : l’interrogation sur la nature, la politique, la nostalgie, l’émerveillement devant les objets inutiles

En même temps que les dessins, sont présentés quelques dioramas dans lesquels, notamment, Yves Helbert met en scène, toujours avec humour, l’oeuvre d’art dans l’atelier de l’artiste, ou bien muséifiée, ou bien encore abandonnée…

sacrifice de la rose

elementum vulputate, dictum ut ut risus mattis