Xrvi Solà Serra

Xevi Solà Serra, né en 1969, a étudié les Beaux-Arts à l’Université de Barcelone ; son travail est exposé pour la première fois à Paris après avoir été présenté dans des galeries et foires de nombreux pays (Espagne, Allemagne, Pays-Bas, Norvège, Danemark, Pérou, Brésil, Taïwan…).

Pour cette première exposition de Xevi Solà Serra à Paris, la galerie Tokonoma a choisi des œuvres témoignant de son évolution au cours de ces sept dernières années.

Au-delà de la diversité des thèmes abordés durant cette période, ces œuvres ont en commun une force visuelle qu’elles tiennent de l’utilisation des couleurs complémentaires, des contrastes entre les lignes horizontales et verticales, entre les zones les plus travaillées et celles traitées de manière plus relâchée… Revendiquant sa proximité avec le Pop Art, Xevi Solà Serra multiplie les citations d’icônes de l’art moderne (Van Gogh, Matisse, Yayoi Kusama…) ou de personnages de bandes dessinées, identifiables par tous, rejetant ainsi tout élitisme. Ces moyens picturaux, aussi divers soient-ils, tendent tous à explorer la partie la plus sombre de la conscience, pré-humaine, animale et amorale, et transmettent un message subtilement dérangeant.

La figure féminine est centrale. Souvent représentée nue au milieu de figures masculines vêtues, sombres et inquiétantes, il ne s’en dégage pour autant aucune sensualité. Ici la femme, mince et éthérée, sourit mélancoliquement et étrangement, indifférente à la menace sourde du monde, d’un sourire incompréhensible semblable à celui des visages des martyrs dans l’iconographie médiévale.

« wife », huile sur toile, 97x146cm

Deux autres éléments sont également récurrents dans les tableaux de Xevi Solà Serra : les maisons néo victoriennes des banlieues américaines et les animaux. Les maisons, personnages à part entière comme celles de « la chute de la maison Usher » ou de « Psycho », témoins silencieux, font peser de leurs larges fenêtres en surplomb de la scène, derrière lesquelles on ne sait qui peut se cacher, une sourde menace. Les animaux eux (canard, éléphant, requin, poisson, cheval, etc.), dont la présence initialement ne se justifiait que par des raisons formelles, sont aujourd’hui largement utilisés comme des métaphores sexuelles permettant à l’artiste d’éviter la censure de plus en plus lourde et prégnante des réseaux sociaux dont il a fait un outil de communication et de diffusion majeur.

Dans les œuvres issues des séries « jungles » et « motels », apparaissent, protégés par l’élégance tapageuse de leurs costumes ou l’anonymat des chambres de motels, des « dandys » ou des personnages troubles, perdus dans leurs jungles intérieures, hors de portée du monde trivial et des gens du commun.

Enfin, tout récemment, toujours en se servant de sa palette de couleurs primaires lumineuses et saturées, Xevi Solà Serra a commencé d’explorer le thème du paysage.